Real Time Web Analytics

Des fouilles clandestines à la Basilique de Saint-Hubert !

Pin it!

9fdf6fdf-f443-4556-a117-9858650e8294_original.jpg?maxheight=600&maxwidth=838&scale=both
Photo "L'Avenir du Luxembourg"

C’est l’Avenir du Luxembourg de ce jour, sous la plume de Liliane Thomas, qui relate les faits.

Convaincus que Saint-Hubert est inhumé dans une crypte secrète sous la Basilique, deux Hubertins ont creusé un tunnel secret pour essayer de retrouver celle-ci.

Fin juin, l’échevine du culte, Anne Félix, découvre des sacs contenant des remblais dans un endroit interdit au public (pour raison de sécurité), dans la Basilique.

Le Bourgmestre, informé, se rend sur place avec le chef de travaux. Ils découvrent des traces prouvant que ces sacs proviennent de la sacristie (fermée à clef).

Le lendemain, une réunion a lieu et, au fond d’une armoire de cette sacristie, ils découvrent un tunnel qui descend à quatre mètres de profondeur, puis continue sur la même distance en horizontal, tunnel creusé sans pratiquement de sécurité. Denis Henrotay, responsable SPW Fouille archéologique Arlon y déclare :

« Ils ont fait une galerie à la grande évasion, cachée dans un placard, dans une sacristie fermée à clef. Une galerie depuis le fond d’une armoire et cela sans aucune protection. Au niveau sécurité, c’est de l’inconscience collective pure. Au-delà de la légalité, je pense que l’on a sauvé la peau de ces personnes qui auraient pu être ensevelies. Il existe un Dieu pour eux ! »

L’article de L’Avenir du Luxembourg (cliquez ici pour le lire en entièreté – ou dans le journal de ce 2 novembre) dit que « C’est un travail colossal et impressionnant qu’ont entrepris ces deux personnes d’âge mûr, convaincues que le corps de Saint-Hubert se trouve dans une seconde crypte située sous cette majestueuse basilique. Ils ont œuvré en cachette durant près d’un an et probablement de nuit. »

Pour le Bourgmestre, peu de personnes étaient au courant. D’après lui, tous les membres des Hubertins et de la Fabrique d’Église n’étaient pas au courant. Il dit refuser que les citoyens payent les réparations, que c’est à la Fabrique d’église de supporter ces frais.

Les commentaires sont fermés.