Real Time Web Analytics

Grippe aviaire : mesures obligatoires.

Pin it!

grippe-aviaire-pays-bas-confinement-2wc.jpg

COMMUNIQUE  DU BOURGMESTRE DE SAINT-HUBERT

GRIPPE AVIAIRE : MESURES OBLIGATOIRES AU 1er FEVRIER 2017 

En application des décisions prises par l’Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire, je vous informe des mesures à respecter dès le 1er février 2017 par toutes personnes détenant des volailles ou des oiseaux

En effet, les premiers oiseaux migrateurs arrivent dans notre pays et la propagation du virus de la grippe aviaire est réelle.

ATTENTION NE PAS CONFONDRE VOLAILLES ET OISEAUX 

Volailles : poules, dindes, pintades, canards, oies, cailles, oiseaux coureurs (ratites), cygnes, pigeons de chair, faisans, perdrix, … ou autres oiseaux aquatiques élevés ou détenus en captivité dans le but d’agrément ou d’ornement, en vue de leur reproduction, en vue de la production de viande ou d’œufs de consommation.

Oiseaux : tous oiseaux détenus en captivité (pigeons voyageurs, rapaces, oiseaux exotiques, oiseaux indigènes bagués, …) qui ne tombent pas sous la définition de la catégorie précédente.

Les mesures obligatoires applicables à tout le pays sont les suivantes :

Le confinement des volailles tant pour les particuliers que les professionnels afin d’éviter le contact avec les oiseaux sauvages, dès le 1er février 2017.

En pratique, les volailles laissées à l’extérieur doivent être détenues dans un terrain fermé au-dessus et sur les côtés avec des tôles métalliques ou des filets (mailles max 10 cm).  Une protection imperméable du toit est recommandée.

Il est aussi interdit de nourrir et d’abreuver les volailles en plein air, sauf sous les filets. 

Le confinement des oiseaux : les détenteurs d’oiseaux (pigeons voyageurs, …) devront également les confiner. 

Il est aussi interdit de nourrir et d’abreuver les oiseaux en plein air, sauf sous filets.

Une interdiction de rassemblements d’oiseaux et de volailles et de ventes d’oiseaux et de volailles sur les marchés publics est d’application.

Enfin, l’AFSCA demande aux détenteurs de volailles de s’identifier auprès de la commune et de communiquer le nombre de volailles en leur possession en vue d’une gestion plus efficace en cas de grippe aviaire dans notre pays, que ce soit dans le cheptel domestique ou dans la faune sauvage et pour éviter de perdre plusieurs jours au moment où la maladie sera constatée.

Conscient des difficultés occasionnées par les différentes mesures reprises ci-dessus, je vous invite à visiter les sites de l’AFSCA : www.afsca.be ou à téléphoner au n° vert 0800/13.550.

 

                                                                  Fait à Saint-Hubert, le 01 février 2017 

 

                                                                                               Le Bourgmestre, 

 

                                                                                                           J.L. HENNEAUX

Commentaires