Real Time Web Analytics

Legend Boucles de Bastogne 2018, retour début février, nouvelle catégorie, coefficients revus, parcours remanié, les Legend Boucles un événement historique en constante évolution.

Pin it!

20171011_095526.JPG

A un peu plus de trois mois et demi d'une édition confirmée les 2, 3 et 4 février 2018, les Legend Boucles font déjà l'actualité ce mercredi avec une conférence de presse qui s'est tenue ce mercredi matin dans le Palais abbatial de Saint Hubert, une des communes servant de plaque tournante à une épreuve basée pour la quatrième année déjà au coeur de Bastogne.

A l'ordre du jour de ce point presse, plusieurs aménagements apportés à cette  grande classique hivernale. On a beau organiser la plus belle épreuve historique du royaume, on aime au RAC Spa se remettre en questions, évoluer et tenir compte des remarques des concurrents.

Outre la confirmation officielle du retour à la date du premier week-end de février, trois  nouveautés importantes ont été dévoilées aujourd'hui.

Les deux principales concernent la création d'une nouvelle catégorie intermédiaire entre Legend (temps imparti) et Classic (60 km/h de moyenne) baptisée Challenger avec un retour à une moyenne imposée de 80 km/h. Mais aussi des coefficients revus et corrigés en fonction des années d'homologation des véhicules.

Pour la première fois depuis la création de notre épreuve en 2006, il y aura un changement pour les coefficients correcteurs en fonction des années d'âges dans les catégories Legend et Challenger (on ne touche à rien en Classic).

Dans un souci d'équité sportive, afin de ne plus trop favoriser les anciennes et d'éviter les « erreurs » concernant les années de fabrication et d'homologation, après de nombreuses simulations, le comité des sages passionnés veillant aux intérêts de l'épreuve a décidé de ne plus appliquer que les coefficients correcteurs suivants :

- Pour les voitures de la catégorie d'âge 1 homologuées avant le 31 décembre 1961 : 0,95
- Pour les voitures de la catégorie d'âge 4 homologuées entre le 1er décembre 1982 et le 21 décembre 1986 : 1,05
- Pour les voitures à traction intégrale de plus de 2000cc : il faut ajouter un coefficient correcteur supplémentaire de 1,1
- Pour les voitures à traction intégrale de moins de 2000cc : suppression du coefficient correcteur.
- Pour les voitures des catégories d'âge 2 et 3 homologuées entre le 1er janvier 1962 et le 31 décembre 1981 il n'y a plus de coefficient correcteur.

Voilà une mesure qui devrait simplifier le système et bien des calculs.

Enfin, même si le parcours reste secret et les reconnaissances limitées à la journée du vendredi pour les étapes non forestières de la première étape, on peut d'ores et déjà annoncer qu'il y aura encore pas mal de nouveautés par rapport aux éditions précédentes :

« Notre terrain de jeu est tellement vaste et la demande si importante que l'on peut se permettre de visiter certaines communes seulement une année sur deux, » explique l'organisateur Pierre Delettre. « Ainsi, en 2018, nous traverserons quatre nouvelles communes. L'étape du samedi sera composée de six Regularity Tests à parcourir à deux reprises pour un total de 106 km, tandis que l'étape forestière dominicale sera composée de non moins de sept spéciales « terre » différentes avec 104 km contre le chrono dont un nouveau gros morceau de 35 bornes. Il va encore y avoir du sport et l'occasion de découvrir de superbes paysages de notre superbe pays. »

Les engagements  seront ouverts dès le dimanche 15 octobre prochain à minuit via le site www.racspa.be

A propos de la nouvelle catégorie baptisée « Challenger », Pierre Delettre s’en explique :

« Loin de nous l’idée de la jouer façon Jacques Martin en récompensant tout le monde, explique Pierre Delettre, organisateur. Mais depuis l’avènement du ‘Target Time’ en ‘Legend’, certains ont tendance à tirer la langue, se rendant compte qu’il leur est devenu impossible d’espérer un résultat en vue face à des garçons tels que Thierry Neuville, pour ne citer que lui. Dans le même temps, plusieurs pilotes nous ont fait part d’une moyenne trop basse à leur goût en catégorie ‘Classic’ (60 km/h). En créant cette nouvelle catégorie ‘Challenger’, on espère pouvoir contenter le plus grand nombre, avec des équipages qui auront la possibilité de viser la victoire au classement général, et d’autres qui pourront enfin hausser le rythme, sans pour autant se mesurer aux références en ‘Legend’. Dans un premier temps, il ne s’agira sans doute pas de la catégorie qui accueillera le plus de voitures au départ, mais elle a réellement sa raison d’être et nous pensons que son développement devrait être assez rapide… »

D’un point de vue sportif, cette nouvelle catégorie ‘Challenger’ reprendra les règles du jeu des ‘Legend’ par le passé… « La moyenne sera en effet de 80 km/h, quel que soit le test de régularité, poursuit Pierre Delettre. En outre, seul le temps enregistré au Flying Finish entrera en ligne de compte. Il n’y aura donc pas de prise de temps intermédiaires. Le système de chronométrage sera identique à celui des ‘Legend’, et les ‘Challenger’ s’élanceront d’ailleurs directement après les voitures de la catégorie ‘Legend’. Le montant de l’engagement sera également identique à celui de la catégorie phare. »

L’apparition de la nouvelle catégorie ‘Challenger’ a aussi pour objectif de solutionner un problème d’ordre ‘structurel’. Lors de l’édition 2017 des Legend Boucles à Bastogne©, deux tiers du plateau étaient constitués de ‘Classic’ et un tiers de ‘Legend’.

Un déséquilibre que l’organisation aimerait atténuer, afin d’annihiler le risque que ‘le serpent finisse par se mordre la queue’, avec les premières ‘Legend’ rattrapant les derniers concurrents ‘Classic’ sur le parcours lors de la journée du samedi.

Quoi qu’il arrive, sur le podium de Bastogne dimanche après-midi, les spectateurs auront l’occasion d’applaudir le premier équipage vainqueur de cette nouvelle catégorie ‘Challenger’ qui devrait assez rapidement monter en puissance et gagner ses titres de noblesse…

Autre nouveauté, le montant d’engagement pour la catégorie « Classic » a été adapté :

Il ne s’agit pas de la nouveauté des Legend Boucles© à Bastogne 2018 qui sera la plus populaire… mais il faut raison garder ! Depuis la nuit des temps, les concurrents de la catégorie ‘Classic’ (60 km/h) bénéficiaient de conditions d’engagement qu’il convient de qualifier de ‘très agréables’, à savoir 1.050 euros par équipage. Une situation qui n’est tout simplement plus tenable, pour différentes raisons… 

« Avant tout, il est important de savoir qu’au terme de l’édition 2017 des Legend Boucles© à Bastogne, le bilan financier était… dans le rouge !, explique Pierre Delettre, responsable du RAC Spa organisateur. D’aucuns pensent sans doute, et même sûrement, qu’avec près de 300 voitures au départ, l’organisation la joue façon ‘Win For Life’, mais ce n’est absolument pas le cas ! En voulant mettre sur pied une épreuve hors-normes, avec un parcours qui est assurément l’un des plus beaux d’Europe exclusivement réservé aux anciennes, nous nous compliquons l’existence… et nous explosons les coûts ! Multiplier les spéciales sur terre le dimanche, et proposer des RT d’une longueur inédite, dignes de feu le RAC Rally, cela a un prix. Elevé. Toujours plus élevé, même. On en arrive à plus de 60 postes de commissaires par spéciale, avec la présence de Stewards professionnels (27 rien que pour la plus longue spéciale !) qui garantissent la préservation des zones naturelles ‘Natura 2000’ que nous traversons, des médecins, des ambulances, des équipes de désincarcération, etc. Bref, pour les Legend Boucles© à Bastogne, le niveau de sécurité est le même que pour le Rallye d’Ypres… avec beaucoup plus de spéciales (13 différentes au total !) et un terrain très spécifique, qui ne fait que compliquer les choses au niveau de l’organisation. C’est bien simple, si on veut que notre classique hivernale perdure, on n’a pas d’autre choix que d’augmenter le droit d’engagement dans la catégorie ‘Classic’… »

Pourquoi eux et pas les autres ? Ici aussi, les explications relèvent d’une certaine logique. « Le montant d’engagement des ‘Classic’ n’a pas évolué ces dernières années, alors que l’épreuve est passée d’un à deux jours, poursuit Pierre Delettre. Et quand on parle de deuxième journée, on sait ce que cela signifie dans le cas des Legend Boucles©.

Le parcours proposé aux concurrents en ‘Classic’ est désormais le même que pour les ‘Legend’, alors qu’auparavant, il ne reprenait que deux-tiers de celui-ci. Ce qui signifie que les adeptes de la régularité à 60 km/h bénéficient des mêmes avantages que les autres, avec notamment 100 kilomètres en ligne – et en forêt – en un seul passage le dimanche. Mais aussi le système de ‘Tracking’, qui n’existe dans aucune autre épreuve de régularité, ainsi que l’application sur les téléphones permettant de suivre la progression des équipages. Sans oublier le polar ‘Jn-Joy’ offert à tous les pilotes, la plaque alu officielle du rallye en lieu et place d’un simple autocollant, et le DVD envoyé à chaque pilote et copilote après l’épreuve. Laisser l’engagement des ‘Classic’ à 1.050 euros, là où les ‘Legend’ payent 1.650 euros, cela devenait tout simplement déloyal. Certains postes coûtant néanmoins moins cher en ‘Classic’ qu’en ‘Legend’, il a été décidé que pour cette édition 2018, ce montant d’engagement passerait de 1.050 à 1.350 euros. Ce qui reste finalement encore raisonnable si l’on compare au droit d’engagement d’autres épreuves de régularité, que ce soit au sud ou au nord du pays, qui n’ont nullement le prestige des Legend Boucles©. »

Avec deux précisions qui ont toute leur importance. Primo, ce montant s’entend TVA incluse, ce qui signifie que les concurrents belges ont la possibilité de déduire cette taxe sur la valeur ajoutée.
Secundo : l’augmentation aurait pu être moindre… avant une nouvelle augmentation en 2019. Le RAC Spa organisateur n’a pas souhaité jouer dans cette pièce-là, préférant garantir ce montant de 1350 euros pour plusieurs années. 

« Avec l’arrivée d’Eric Chapa et Vincent Franssen dans l’organisation des Legend Boucles© à Bastogne, nous avons souhaité tout mettre en œuvre pour que la catégorie ‘Classic’ soit chouchoutée, reprend Pierre Delettre. Je pense que personne ne peut se plaindre du résultat. Notre épreuve est toujours plus prestigieuse, à l’image d’une journée de dimanche qui coûte cher à l’organisateur, avec le passage des voitures dans des zones semi-protégées. Si nous voulons nous targuer encore longtemps de mettre sur pied le ‘Goodwood Revival’ des rallyes historiques, il nous fallait davantage équilibrer les droits d’engagement. Ce qui a été fait. »

Le RAC Spa reste bien sûr à la disposition de toute personne souhaitant obtenir de plus amples explications à ce sujet. Pour le reste, cap sur Bastogne… 

Commentaires