Real Time Web Analytics
Pin it!

Joseph Higny, le président du RFC Saint-Hubert, ne s’attendait pas à cela.

2015-09-17_074041.jpg

Joseph Higny, un Verviétois de 49 ans, est devenu le président de Saint-Hubert après avoir fait l’acquisition d’une propriété à Hatrival. Après avoir terminé l’exercice précédent à une piètre 13e place avec 17 points, le club borquin espérait bien que l’arrivée de ce nouveau président redynamiserait le club. « Le but était en effet de relancer le club qui avait terminé avant-dernier, mais pour le moment je suis mal placé pour dire ça vu notre classement actuel », glisse le nouveau boss de Saint-Hubert. En effet, depuis la reprise les Borquins n’ont gagné qu’une seule rencontre officielle.
C’était le 2 août, à l’occasion de la première rencontre de coupe à Bande (2-6). Depuis lors, PetitHan (2-0), Hargimont (6-1), Villance (4-1), Bras (5-2), Vaux/Sûre (1-0) et Sainte-Ode (1-0) ont fait mordre la poussière aux Borquins. « Le départ est assez mauvais et je dois dire qu’on ne s’attendait pas du tout à ça. Notre idée était de jouer la tête. Pourtant, sur papier, l’équipe est là, mais sur le terrain ça ne se passe pas trop bien. »

Du coup, tous les regards se tournent déjà vers Tony Regnier, l’entraîneur de la phalange borquine. « La semaine à l’entraînement tout se passe bien, on voit de belles choses et des joueurs motivés. Mais, une fois sur le terrain, ce n’est pas la même histoire. Tony n’est pas le Bon Dieu, il ne peut pas faire de miracles. Ce sont les joueurs qui sont sur le terrain. Pour moi, il nous manque un vrai finisseur dans l’équipe. Jusqu’ici on domine la majorité de nos rencontres, mais on ne parvient pas à terminer le travail. À l’heure actuelle, je peux dire que l’entraîneur garde ma confiance à 100 %. Toutefois, il ne faut plus perdre de temps en cours de route. Il est l’heure de prendre des points. Si la situation reste comme ça dans 4-5 matches, mon discours sera peut-être différent. On devra alors se réunir avec le comité, discuter et prendre les décisions qui s’imposent. »
Il faut dire que Joseph Higny est arrivé à Saint-Hubert avec des ambitions. « Je veux que mon équipe joue la tête et monte en 2e provinciale. Pour le moment, je ne m’inquiète pas. Pour moi, il faudrait un succès pour servir de déclic au groupe. J’espère que ce sera pour ce week-end contre Bande, la seule équipe que nous avons déjà battue cette saison. » Arrivé en fin de saison passée, Joseph Higny vit sa première expérience dans le football. « Je ne suis pas un grand connaisseur donc je me suis entouré de personnes qui s’y connaissent et j’apprends. Auparavant, on m’avait proposé de prendre la tête du club de Verviers, mais c’était trop gros pour moi. De plus, c’est une autre mentalité que l’ardennaise que j’apprécie. Et les gens de Verviers ne savent pas se vendre, cela s’est d’ailleurs vu avec la disparition du club. »

Les commentaires sont fermés.