Real Time Web Analytics
Pin it!

Une étoile « Gourmet » aux Arcs

2018-12-20_090204.jpg

Olivier Gourmet, figure incontournable du cinéma français originaire de Mirwart (commune de St-Hubert, où sa femme gère un hôtel), est désormais ancré dans le présent et le futur des Arcs, station de ski savoyarde. Le Luxembourgeois a dévoilé avec un plaisir non dissimulé la pancarte le mettant à l’honneur, façon « Walk of Fame ».

 

Ce lundi 17 décembre, sur le coup de midi, la neige tombe sur le charmant petit village d’Arc 1950. Pendant une semaine, les Arcs battent au rythme du lancement de la saison hivernale mais également de la dixième édition des Arcs Film Festival. Il y a donc forcément du beau monde. Certains, comme Laetitia Casta, dont le film « L’homme fidèle » a été projeté en ouverture, sont déjà partis ; d’autres, comme Ramzy Bédia, président du jury du court métrage, doivent encore arriver. On croise les acteurs français Alex Lutz et Charlotte Le Bon mais aussi un gars bien de chez nous, Olivier Gourmet, Prix d’interprétation masculine au Festival de Cannes en 2002. Pour marquer le coup et fêter dignement le cap des dix ans, Arc 1950 inaugure son Slope of Fame, version enneigée du Walk of Fame hollywoodien. L’idée est identique : mettre à l’honneur les stars qui ont foulé le sol local. C’est avec la dose d’humour et la modestie qu’on lui connaît que le Luxembourgeois ôte le drap et découvre la pancarte qui lui est dédiée, et avec laquelle il fait mine de partir.

La fierté n’est pas le seul sentiment qui l’anime. « C’est également amusant, même surréaliste, d’avoir une étoile à mon nom sur une piste de ski, moi qui ne suis pas du tout skieur. J’aimerais bien mais mes genoux ne suivent plus », nous confie-til. Posées pour la circonstance sur la place du village d’Arc 1950, les pancartes au superbe design vont bientôt prendre la direction des pistes. L’ombre d’Olivier Gourmet va donc planer sur le domaine Paradiski pour un bon bout de temps. « Je vais quand même demander qu’ils rajoutent ma photo parce que les gens vont tous se demander qui est cet Olivier Gourmet », rigole-t-il.

Sa présence est un moment privilégié, lui qui se fait plutôt discret en temps normal. « Je ne fais pas beaucoup de festivals, encore moins quand je sais que je vais devoir enchaîner les soirées mondaines qui ne me correspondent pas. Ici, l’ambiance est conviviale et la station est sympathique. Je connais très bien Flaine, où j’ai tourné « La tendresse » et je découvre Arc 1950, un charmant petit village». S’il a fait le déplacement jusque sur les hauteurs de Bourg-Saint-Maurice, c’est pour défendre « Une intime conviction », film dans lequel il accompagne Marina Foïs dans les deux rôles principaux. « C’est mon premier long métrage, c’est forcément spécial. Et le sujet m’interpelle. Le film concerne la justice, qui peut être violente… et injuste. Marina n’a pas pu venir donc je me suis dit que je me devais d’être présent. C’est important pour moi d’être ici. »

Un article "La Meuse Luxembourg"

Les commentaires sont fermés.